Vous êtes ici : Accueil » Blog » « Débat Public » sur la problématique de Agadir O’Fella

» « Débat Public » sur la problématique de Agadir O’Fella


« Débat Public » sur la problématique de Agadir O’Fella

Dans le cadre des activités de la 54 ème de commémoration de la Renaissance d’Agadir après la tragédie de 29 février 1960 et suite aux doléances et aux actions entreprises par le Forum IZORANE dans le but de trouver des solutions viables à la délicate problématique de Agadir O’Fellah en tant que « patrimoine collectif » et emblème naturel,historique et touristique de la ville, voici un succint compte rendu sur le Débat Public d’hier ( de 18h à 21h) à propos d’Agadir O’fella selon la thématique annoncé auparavant dans les supports du Forum IZORANE.
Il est à noter que malgré les efforts soutenus du bureau du Forum pour mobiliser et assurer la présence de certaines parties concernées directement par ce délicat dossier, certaines se sont excusé pour des obligations professionnelles de dernières heures…d’autres hélas, ont tout simplement êtes absentes sans aucune excuse !!!

Mot d’introduction du président du Forum Izorane :

  • Remerciements aux personnes et institutions qui ont répondu à l’invitation.
  • L ‘objectif de ce débat public est une tentative de débloquer ce dossier qui traîne depuis des décennies…et les 2 associationociations directement concernées rejettent dorénavant TOUT statu-quo…
  • Jusqu’à ce soir nos requêtes sont suites à cause d’un amer constat : les parties concernées se rejettent la responsabilitéde l’état d’Agadir O’fella.
  • Le but donc de cette rencontre est de mettre terme à cette  » situation d’accusations échangées » stériles…et d’initier un Dialogue entre TOUS les secteurs pour une Démarche Participative à solutionner ce complexe dossier.

 

M. Charfeddine Ahmed (président association. des anciens d’Agadir Ighir):
Est intervenu en rappelant l’historique de la Kasbah et surtout insister sur les dérives constatées sur place…en les énumérant…et en concluant avec un Cri de détresse face à l’impossibilité incompressible des autorités…

Dr Ismail CHOUKRI (vice-président de la Commune Urbaine d’Agadir) :
Il se félicite pour la signature de la convention signée ce soir entre le Forum Izorane et association.des anciens Agadir Ighir ) dans le but de  » Concertation et de Solidarité mutuelles  » sur les questions relatives à Agadir O’fella , il adhère aussi aux requêtes des 2 associationociations concernant l’urgence de mettre terme aux infractions commises sur le site en déplorant que le conseil municipal ne dispose pas des moyens juridiques pour l’application de ses décisions , puisque sujettes à l’approbation des autorités de tutelle. Enfin , il remercie le Forum pour cette initiative de rassociationembler les intervenants afin quon puisse des cette réunion parler d’un lendemain porteur de solution de cette affaire complexe.

Dr Abdelouahid Oumlil :
Il a rappelé le cadre d’intervention de son équipe qui est la convention tri-partite (son labo : Recherche archéologique et développement + Fac.L.S.H + Commune Urbaine d’Agadir) et que les prospections ont débuté depuis 2007 non pas pour les fouilles sur la cité d’Agadir O’fella , mais de prospecter sur l’origine humaine de ce site dont certains indices prouvent des traces humaines qui remontent à 10.000 ans et non pas au 16s… Il a associationuré que son équipe a organisé récemment 2 journées de communication au grd public sur le site. Il déplore le manque de moyens de travail en rassociationurant le public que son intervention se fait en concertation avec l’Institut National de l’Archéologie et le Cercas…à propos des fouilles actuelles sur la partie sud-ouest de la Kasbah ou le risque de tomber sur les ossements des Chouhadas est très minimal.

Mme GHAILAN , conservateur , représentante du ministère de la Culture.
Elle est annonce que le site d’Agadir oufella est un site classé selon le dahir du 23 Mars 1944 et que son ministère, via sa représentation locale n’a cessé de dresser des rapports condamnant les irrégularités enregistrées dont les 2plus flagrantes sont les murailles rénovées en 2000 et les pillons des opérateurs téléphoniques en plus d’autres aspects d’anarchie constatée quotidiennement ( exp des chameliers et vendeurs ambulants…).
Elle a remis une copie du rapport dressé récemment par leur staff à propos des infractions sur le site et qui a été remis aujourd’hui même par leur direction au ministre de tutelle.

Après ses interventions des représentants des parties présentes concernées, M BAJALAT , en tant que président de la séance des débats a donné la parole au public :
M. Youssef Gharib :

  • il a rappelé qu’il se souvient du temps ou son père l’emmener se recueillir sur les leurs sur place, et quil ne peut plus faire aujourd’hui à causecdes diverses nuisances et incommodites sur place.
  • il s’est interrogé sur la « fonction exacte de cet espace : est ce un cimetière ? Une réserve foncière ?une attraction touristique ?
  • Qu’est ce qui empêche la Commune Urbaine d’Agadir à gérer cet espace qui est dans son périmètre urbain et sous son autorité ?

 

M. Lahseb GAHMOU :

  • Quels sont les moyens efficaces pour faire pression sur les parties concernées ?
  • A quand une compilation des études faites sur ce site pour éclairer les intervenants et le grd public.
  • Une doléance : exiger une  » Journée nationale pour Agadir O’fella  » en tant que symbole de Résistance face aux associationauts des ibériques conquérants…

 

M. LALAOUI :

  • En tant que membre d’association.de spéléologie locale , il attire attention sur autres sites menacés de détérioration voire de destruction dans les environs.
  • Il remet en cause les précautions précises sur Agadir O’fella qui ne répondent pas aux normes exigées…il réconforte ses propos par son expérience personnelle en travaillant sur le site des anciennes sucreries de Taroudante avec une équipe d’archéologie de Nancy…
  • l’équipe des fouilles aurait du se concentrer sur des endroits plus important en archéologie que l’intérieur de la Kasbah….fameux tunnel d’approvisionnement des saadiens au 15eme.

 

M. RAISSI :

  • il relève les aspects de contradictions des ministères de tutelle sur ce site :Une note ministérielle de la culture qui abroge le dahir de 23 Mars 1944…Quel enseignement en tirer ?
  • Il faudrait d’abord actualiser et harmoniser les textes concernant ce site, autrement même les fouilles entamées seraient illégales…!
  • Un constat terriblement choquant : toutes les parties concernées ont tendance à se dérober face à cette problématique de la Kasbah ; pourquoi une telle attitude qui perdure indéfiniment ?

 

M. Lahoucine JOUHADI ( militant et auteur amazighe)

  • Reproche adressée à IZORANE de ne pas s’exprimer en tamazighte / berbère en de telles circonstances …
  • Exigence de cimetières collectifs derrière Agadir O’fella de la période de résistance face aux incursions portugaises….
  • Il mentionne qu’il a écrit des poèmes depuis 1983 en hommage et patrimoine immatériel aux victimes de 1960…donc s’intéresser aussi à cette autre forme de Patrimoine.

 

M. Ourrahte Mohamed (membre du bureau IZORANE)

  • Quel est le sort des objets retrouvés sur le site ?
  • Quelle est la procédure suivie pour répertorier ces objets ? Qui s’en charge t-il ?
  • Nous avions des canons la haut ? Ou sont – ils aujourd’hui ? Quelle est la garantie de sécurité des ré trouvailles ? Nous manqons à cette date de visibilité et de transparence.

 

M. Michel TERRIER :

  • Cette présence provocatrice des antennes est un vrai choc sur un tel site dont je garde des souvenirs en tant que un ancien gadiri.
  • Ces antennes ont étés dressés pendant des jours…Comment qu’aucune autorité ne s’en elle t-elle pas aperçu ?
  • les fouilles sont un travail colossal et de longue haleine, mais des panneaux d’information en plusieurs langues doivent être réalisé la haut.
  • Suggestion d’un musée au sein de la Kasbah.

 

M. Hassociationan ElKroni (ancien gadiri) intervient pour signaler que la partie concernee par les fouilles comprend un ancien musée d’avant le séisme quil faudrait déblayer, et utiliser ses objets.

M. Lahoucine JAFRALI ( vice président association.Agadir Ighir)

  • Nous avons déjà eu une réunion publique avec les responsables du ministère de la culture depuis 4 ou 5 sans effets, et je crains que cette rencontre connaisse le même sort. On a marre du blablabla…
  • Quel est le sort des propriétés des sinistrés à Agadir O’Fella : ça été une confiscation imposée sans que les ayant droit soient dédommagé correctement.
  • C’est un aspect qui doit etre aussi traité au vu des cas d’appauvrissement subi par les sinistrés.

 

Les réponses des intervenants ont été une sorte de réconfortants aux diverses doléances exprimées par l’associationistance, elles appuient la majorité des exigences soulevées… M BAJALT a clos la séance à 21h par proposition des recommandations suivantes :

  1. Mise en oeuvre urgente des lois ( dahirs et decrets municipaux ) en vigueur par les autorités locales.
  2. Validation par les servixes de la Wilaya de la dernière décision municipale de fermer l’enceinte de la Kasbah.
  3. L’application urgente et efficiente de la loi concernant les comportements portant atteinte aux moeurs , au charlatanisme , aux guides clandestins, aux pollutions pat les chameliers , aux fouilles clandestines et aux constructions illicites à Agadir O’Fella.
  4. le déplacement immédiat des pillons , antennes et constructions des opérateurs téléphoniques et télévisuels sans aucune autorisation.
  5. Mise en place d’une logistique professionnelle selon les normes appliquées dans les sites et chantiers de fouilles archéologiques.
  6. Mise en place des panneaux d’informations sur les fouilles en 6 langues ( amazihge, arabe, fr , ang , esp et all).
  7. Programmation d’une rencontre imminente ( dans un mois ) avec les députés de la région pour appuyer la mise en application des lois et de trouver les moyens de valorisation du site.
  8. Création d’un comité intersectoriel de suivi du dossier Agadir O’Fella.

Discussion