Vous êtes ici : Accueil » Blog » رسالـــة تعزية

» رسالـــة تعزية


رسالـــة تعزية

رسالـــة تعزية
الحمـــد لله والصلاة والســـلام على أشرف المرسلـــين
ولا حـــول ولا قـــوة إلا بالله العلي العظيـــــــم.
في مثل تاريخ 15 غشت 1965 عرف ميناء اكادير غرق سفينة بركابها في اطار الاحتفال بعيد البحر
وبهـــذه المناسبــة الأليمـــة يتقدم أعضـــاء المكـتب إلى اسرة الشهداء وأهلــيهم ومعارفـــهم بأحـــر وأصـــدق التعــــازي راجيـــا من العلي القديـــر أن يتغمدهم برحمـــاته ويسكنهم فسيـــح جنـانـه ويلهـم ذويــــهم الصبر الجميــــل .
وإنـــــا لله وإنــــــا إليـــــــه راجعـــــــــون .
حرر باكادير يوم الاربعاء 14غشت 2013
« محمـــد باجلات – عن ملتقى إيزوران »
للمزيد من المعلومات يمكن تصفح الموقع الالكتروني :
www.agadir1960.com


NOSTALGIE DE LA FÊTE DE LA MER LES 15 AOÛT A AGADIR
La fête de la mer à Agadir était plus qu’un rassemblement de bateaux, c’est avant tout le rendez-vous de tous les hommes de la mer, des associations dont une était chère à Mr François Olloix son créateur, des artisans de bateaux, de barques dites Flouca, de barcasses genre canoë, des patrons d’usine de la conserve, et nous les Curieux qui étaient les plus nombreux.
En plus des divertissements proposés et un moment de recueillement pour l’âme des disparus de toutes les mers, je pense qu’on visait aussi un échange créatif et un développement durable pour la région du Souss dont le tourisme.
On pressait l’agenda pour vivre cette fête qui se coïncidait avec les grandes vacances scolaires et en plein été. Cette manifestation se passait bien dans une ambiance de grande intensité dans le port et toute la population d’Agadir était invitée, grands et petits, hommes et femmes .Tous les bateaux de pêche étaient réquisitionnés après avoir été bien astiqués pour recevoir un monde bien habillé comme dans une fête religieuse. C’était une occasion (gratuite) à ne pas louper pour connaître l’environnement des océans, le mal de mer, et surtout voir à l’œil nu la ville d’Agadir et ses montagnes qui disparaissaient au fur et à mesure qu’on fonçait vers l’horizon. Le défilé de cette multitude de bateaux était fantastique .Tout était impeccable, la sécurité, l’ordre, le respect des critères. Je me rappelle qu’on était gratifié aussi par des démonstrations généreuses de nos dauphins qui étaient très nombreux dans les parages.

le cérémonial des jets de couronnes fleuries à la mémoire des disparus de la mer était très attendu en présence de toutes les autorités et les notables. Les militaires de la marine faisaient des tirs de balles réelles en direction des couronnes. Pour anecdote, et j’aime le répéter, j’avais jeté une bouteille avec un message suivant : « je suis d’Agadir et j’habite Yachech prés des cactus et des palmiers à droite en entrant dans mon quartier, je souhaite correspondre avec celui ou celle qui trouvera mon message aux Amériques qui sont en face de mon continent l’Afrique. SVP, répondez moi !!! »
Manque de chance, 2 mois après, par un hasard émotionnel, je retrouvais ma chère bouteille au dépotoir de Yachech qui était mon passage obligatoire pour aller à l’école de Talborjt. Sans doute la bouteille avait échoué à la plage avec les couronnes par manque de vent fort qui devrait la faire arriver où je souhaitais. Cette bouteille était ensevelie sous les décombres de mon gourbi au tremblement de terre du 29 février 1960.

Discussion